fbpx
Participez au briefing
Abonnez-vous à notre nouveau canal Telegram
Envoyez vos questions à l'adresse hotline@ccifr.ru
L’économie en temps de crise : entretien avec Pascal Decons, directeur général Legrand Russie et CEI
11.06.2020

Dans le contexte de l’épidémie, des constructions massives d’hôpitaux ont lieu en Russie et dans le monde entier. Quelles solutions propose Legrand pour le secteur de la santé et quelles sont leurs spécificités ?

Le groupe Legrand surveille constamment la propagation de l’épidémie de coronavirus (COVID-19) et prend toutes les précautions possibles pour assurer la santé de ses équipes et conserver une qualité de service client maximale. Le groupe Legrand réalise de nombreuses initiatives, destinées à soutenir les hôpitaux et le personnel médical.

Par exemple, la société espagnole Neat, marque du groupe Legrand, développant des solutions pour assurer le confort, a proposé aux hôpitaux un équipement d’appel des infirmières pour entretenir les appareils de survie des patients.

Aux États-Unis, un système de support de câbles a été élaboré en quatre jours, permettant de nourrir 2000 lits des hôpitaux de campagne de l’État de New-York. Dans l’État d’Indiana, la ligne de production des écrans de projection DA-LITE a été réorientée dans la production de masques en tissu.

En France, la plateforme logistique de Verneuil-en-Halatte a été mobilisée pour livrer en 24 heures le matériel nécessaire à l’acheteur, producteur de respirateurs médicaux.

L’hôpital de l’université de Calcutta en Inde , reconverti en un centre spécialisé dans le traitement des patients atteints de coronavirus, a été équipé de sources d’alimentation continues Legrand.

En Italie, pour les hôpitaux temporaires construits à Milan et Bergame, ont été fournies des solutions d’extrême urgence (entre autres des appuie-têtes, des systèmes d’appel des infirmières et des systèmes de câbles VDI).

Au Royaume-Uni, le système d’appel d’urgence « Aidcall » a été mis en place en urgence dans un hôpital privé pour soutenir le système  de la santé publique (NHS).

En Biélorussie, le système d’alimentation continue Keor T Evo d’une capacité de 60 kW a été livré et mis en service pour la reconstruction du bâtiment neurologique et la construction d’une dépendance pour l’hôpital clinique numéro 5 de Minsk, reconverti pour l’accueil des patients atteints de COVID-19.

En Russie, l’appareillage électrique d’installations des séries Quteo et Plexo permet d’ériger le nouvel hôpital pour les maladies infectieuses dans le village de Voronovskoye, et lors de la construction du premier centre des maladies infectieuses de Nijni Novgorod, a été utilisée la série Mosaic. Nous avons mis des câbles optiques DLP et Metra, des prises Plexo et Mosaic dans de nombreuses installations sanitaires en construction ou reconstruction dans le contexte de la pandémie.

Pensez-vous que le financement du système de santé continuera même après avoir surmonté la pandémie de COVID-19 ?

Le COVID-19 a été en quelque sorte un défi pour tout le système de santé. La pandémie a montré au monde entier qu’il  est vulnérable et nécessite une révision importante et de nouvelles réformes, pour mieux faire face à ce genre de menaces dans le futur.

La Cour des comptes de Russie prévoyait en fin d’année 2019 les dépenses pour le développement du système de santé national dans les années 2020-2022 au niveau de 2,9% du PIB. Aujourd’hui, les analystes du Centre d’information sur le suivi de la situation liée au coronavirus proposent une augmentation de cet indicateur jusqu’à 7-10% du PIB.

Le gouvernement a également pris une série de décisions nécessaires et d’actualité, telles que l’affectation de moyens financiers issus du fonds de réserve pour stimuler matériellement le personnel médical, l’octroi d’aide financière aux sujets de la Fédération pour l’achat de nouvelles ambulances, la reconversion et la construction d’hôpitaux, l’achat de matériel de protection individuelle.

Cependant, il y a encore beaucoup de progrès à faire pour être prêt à faire face à de nouveaux défis.  

Aujourd’hui, quand la majorité des personnes sont contraintes de rester à leur domicile, elles ont la possibilité de s’occuper de leur logement ou de planifier des projets. Attendez-vous un accroissement des ventes B2C à la fin de la période de confinement ? Et peut-on dire que le « boom des rénovations » a d’ores et déjà eu lieu ?

Le secteur résidentiel, plus particulièrement les ensembles collectifs de logement, ont tendance à être plus viables, profitant des flux réguliers de locations et de la capacité à modifier activement les tarifs de location pour éviter que l’espace reste vide. La demande est de même stable face aux influences extérieures et, grâce aux programmes d’aide proposés par le gouvernement, se maintient plutôt bien.

Concernant les personnes physiques, de nombreuses entreprises ont appelé leurs employés à travailler à distance dans le contexte de la pandémie. En se basant sur les évaluations des détaillants, dans les conditions d’isolement, on observe effectivement une augmentation de la quantité de travaux et même une augmentation du taux de ventes dans le secteur des produits d’aménagement du logement. Ce qui est logique : les individus ont eu du temps libre, et ils ont décidé de rénover leurs maisons de campagne ou appartements, en même temps il y a un effet de « demande différée » – les gens font des provisions par crainte d’une hausse des prix. Les produits les plus avantagés sont ceux dont la commande et la livraison peuvent se faire à distance.

Cependant, malgré cela les recettes d’un grand nombre ont été réduites dans le contexte de la pandémie, certains ont perdu leur source de revenus ou ont été obligés de chercher un nouvel emploi, c’est pourquoi cela semble trop optimiste de parler d’un accroissement certain dans tous les secteurs.

Quand attendez-vous un redressement de la demande dans le secteur du B2B : construction d’hôtels et de centres de gestion ?

La pandémie peut avoir une grande influence sur les marchés qui se trouvent d’ores et déjà en phase tardive du cycle économique, cela peut s’exprimer par un retard d’activité d’investissement et un accroissement plus lent que prévu initialement du loyer.

Dans une perspective à long terme, l’épidémie va surement accélérer l’adoption du télétravail et les investissements dans les technologies de conduite des affaires communes, changer l’approche d’organisation des espaces et l’approvisionnement des lieux de travail. Les nouveaux projets sur le marché des bureaux immobiliers peuvent être mis de côté pour un délai indéterminé ou seront obligés de s’adapter aux nouvelles réalités.

Concernant le marché de l’hôtellerie en Russie, d’après les analyses d’experts, il faut s’attendre à une diminution record du remplissage dans le deuxième quart de 2020. Les limitations aux déplacements, l’annulation des évènements  et les annulations en masse des voyages individuels ont eu des répercussions considérables sur le secteur de l’hôtellerie. Les villes et régions ayant une part importante de touristes étrangers se sont retrouvées les plus menacées, en même temps, les localisations accessibles en voiture ou transports en commun peuvent constituer un avantage pour le tourisme national. Il existe une possibilité de rétablissement assez rapide des principaux indicateurs du secteur hôtelier, si la propagation de l’épidémie s’arrête à court terme.

Puisque cette crise est très spécifique et liée à l’évolution de la maladie au niveau mondial, le relèvement futur va fortement dépendre de l’évolution de la situation épidémiologique et des décisions prises par le gouvernement, de la durée pendant laquelle l’économie sera en « pause ».

Vos usines de l’oblast d’Oulianovsk sont-elles fermées en ce moment ? Si oui, planifiez-vous de rattraper le retard de production à la fin du régime de confinement ? Ou bien il est question de diminuer le niveau de production dans les conditions de crise ?

Pour le moment la production Legrand d’Oulianovsk fonctionne à 100%. Toutes les lignes d’assemblage AO « Contractor » (série historique des interrupteurs automatiques, série Kpro, assemblage IBP Legrand) et de la succursale « Legrand Oulianovsk » (appareillage électrique d’installation, câbles optiques) fonctionnent.

Bien sûr, cette situation épidémiologique et économique inédite ne pouvait pas être sans conséquences sur la production. Pour le moment, dans le contexte de la crise, nous pouvons parler d’une diminution du plan de production de 15 à 20% , mais nous espérons fortement que la situation s’arrangera en deuxième partie d’année, si la situation sur le marché s’améliore.

Pascal Decons,

Directeur général Legrand Russie et CEI

Autorisation
*
*
Réinitialiser votre mot de passe